Choix de chaussure : question d’appuis ou question marketing ?

Un instant. Qui ne connait pas la marque à la virgule ?

N’y a t’il pas un fort impact marketing depuis la nuit des temps ? Une communication démultipliée et enjouée sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui c’est la chaussure à la virgule qui gagne et qui possède tous les records du monde, du marathon, du semi au 10 kms sur route .

Les pro-minimalistes ventaient la chaussure la plus rapide comme celle qui favorisait la foulée la plus dynamique, c’est à dire un appui sur l’avant pied, aidé par un drop proche du 0. D’accord. Mais apprendre à courir est préférable avant tout, non ?

Bilan : La Vapor fly possède un drop de 9 ! Et pour l’avoir tester, nous sommes loin d’une chaussure souple avec un amorti léger ! Il est fort à parier que pour les quelques coureurs de l’Elite, le drop ne conditionne pas leur technique. Ils courent médio pied .

Avant pied Médio pied Talonne ? Une question juste de point de vue. On va surtout parler de temps de contact au sol, plus ou moins long. Le résultat d’analyses vidéos .

Le choix de chaussure, une question de prix ? De confort ? D’esthétisme ? Oui mais non! Le prix des chaussures s’envole, 120 euros en moyenne, les chaussures de compétition avoisinent les 200 euros, voire 250 euros ici et tout le monde se les arrache.

Le choix de chaussure, une question d’appuis. Une réponse par une adaptation biomécanique, positive ou négative (gain de vitesse, contact au sol plus bref, ou blessures) pour le coureur moyen et débutant.

La question du drop.

Le drop est la différence entre le talon et la plante de la chaussure. Il y a les minimalistes chevronnées convaincues de la Barefoot. Il y a les pro-minimalistes de la Clinique du coureur dont beaucoup de kinésithérapeutes s’engouffrent et, parfois je dis bien parfois, sans comprendre.

Ici le but est finalement de permettre aux nouveaux runners de courir le plus naturellement possible ou de réapprendre à courir : c’est à dire courir médio pied, sans attaque excessive par le talon. Des critères permettent une classification de ces chaussures dites minimalistes. Drop faible, souplesse de la semelle, non invasion, amortie EVA …. Mais je me pose déjà plusieurs questions :

-Combien de kilomètres pouvez vous faire sans avoir de crampes au niveau des soléaires, des mollets ou chaine postérieure ?

– Etes vous physiquement prêt pour courir sur la plante ou médio pied ?

J’espère que vous prônez la progressivité cher ami. Car le problème n’est pas pour le coureur Elite ( 2% peut être sommes nous ), mais pour le coureur qui talonne et la vitesse n’entre pas en jeu comme je peux le lire !

Si vous analysez certaines courses sur route vous verrez des coureurs qui courent à 18,5 km/h et qui talonne avec un temps plutôt long sur celui ci! Bien souvent caractéristique du  »il court assis  ». On peut déjà se poser la question : n’irait-il pas plus vite avec une meilleure technique ? Et surtout ne réduirait-il pas son risque de blessure ?

Probablement que oui Mais la encore, une phase d’adaptation passera sûrement par une réduction des ces chronos. La phase d’apprentissage !

Tout est donc une question d’adaptation morphologique progressive : poids, tension et gain de force musculaire autour de l’appui , élasticité myo tendineuse et de la posture qui en découle (engagement du haut du corps , pose de l appui à l’applomb du CG).

Je partage un avis d’un scientifique qui a fait de nombreuses prises videos sur différents marathon. Contrairement à ce que si se dit dans la littérature, on pose finalement tous le talon . C’est juste une question de temps, de contact et d’attaque. Concernant l’Elite, le temps de contact est infime, alors que la majorité des coureurs talonnent avec un gros impact talon. Et vous savez quoi ? Ces coureurs sont souvent chaussés de chaussures minimalistes !

Mieux courir, moins de poids, permet avoir moins de contraintes sur les articulations et in fine moins de blessures.

Il y a bien souvent des consignes avant le choix même de la chaussure pour vous orienter à courir plus naturellement :

Faite moins de bruits ! Naturellement la personne va automatiquement passer sur l’avant pied augmentant sa cadence de foulée.

Pas de réponses ferme et définitive, entre drop 0, 4, 6 ou 9.

Je suis de celle qui prône l’alternance, basée sur des chaussures minimalistes (majoritairement) si physiquement prêts et des exercices autour de l’appui pour renforcer.

Pour ceux qui se fâchent, une perte de poids est nécessaire afin d’avoir le moins de contraintes sur vos articulations aidés par le soutien de chaussures à drop plus élevé.

Car il faut bien faire des kilomètres pour devenir physiquement coureur.

Peut-être la blessure et son adaptation font partie de l’apprentissage. J’en suis convaincue. Courant de voir de jeunes débutants avoir des périostites ou des fractures de fatigue sur les métatarses. Des blessures dues à une sur sollicitations de ces zones. J’en suis la preuve. Avec à peine 70 kms par semaine j’ai cumulé ce type de bobos. Aujourd’hui entre 120 et 160 kms, tout va bien. J’exclus tous les autres paramètres qui favorisent ce type de blessure comme la nutrition par exemple ou l’ajout de charge rapide . Car nous savons bien que la blessure est multi causale .

Un drop élevé pour courir le soir si vous êtes fatigué? A vous de voir dans laquelle vous êtes le mieux. Moi je préfère personnellement.

Mais aujourd’hui il y a de la nouveauté dans l’air. Comment exprimer une foulée la plus naturelle en plante de pied si nous avons encore un talon ??! Il y a récemment eu une réponse !

La chaussure sans talon ! Je n’y avais pas pensé tellement farfelue et inesthétique mais pour le coup c’est peut être une solution à envisager quelques minutes. Pour moi cela reste une chaussure juste thérapeutique pour ressentir des sensations de foulée aérienne.

Je n’imagine pas avoir ce type de chaussure sur chemin. Vous allez dire pas de risque d’entorses en plante de pied si on prend un trou. Non mais un arrachement ? A voir avec les spécialistes ! Achetez vous plutôt une paire de pointes d’athlétisme et venez faire une séance sur piste. Commencez par 6x100m en pointes (engagez vous vers l’avant faites le moins de bruits possible en course, retour petit trop sur l’avant pied).

Pour le coureur expert, qui court vite avec un appui bref et longtemps sur route ou piste, je suis pour le drop négatif. Certaines marques l’expérimentent avec une semelle plus épaisse sur l’avant du pied. Les pointes (chaussures que nous utilisons sur piste ou cross n’ont d’ailleurs pas de talon) nous permettent une bascule naturelle vers l’avant en dynamique (en course).

J’ai longtemps accumulé des séances en pointes lors de mes sorties, fartleks séance de piste avoisinant les 12 kms, 2 à 3 fois par semaine sans avoir été blessé mais il faut courir beaucoup autour. Etre fort. Je me suis renforcée et adaptée progressivement avec le temps.

Une chaussure trop confortable et vous perdez des qualités d’appuis! N’oubliez surtout pas que le meilleur moyen restera de prendre soin de vos pieds : les pieds nus chez vous et faire des exercices pour renforcer vos pieds. Et les nombreuses vidéos sur le site de la Clinique du coureurs sont parfaites.

On ne naît pas sportifs de haut niveau ou coureurs chevronnés. On travaille pour le devenir. Nous sommes des bipèdes chasseurs cueilleurs à notre origine. Nous chassions par épuisement. Mais nous devenons aussi aujourd’hui, des sédentaires. Le Fast food a pris le pas sur la chasse 🙂

Une hygiène, une progressivité et une alternance sont pour moi des règles évidentes. Alors attention à toutes ces nouveautés. La barefoot est une bonne chaussure pour vous renforcer progressivement, et pour passer à des chaussures minimalistes. Passé un nombre de kilomètres, par semaine l’alternance est de mise et le travail autour de la technique est nécessaire voire obligatoire. La quantification de la charge doit être progressive. Des consignes du type « faire moins de bruits » vous permettra de vous rapprocher d’une cadence proche de la foulée la plus efficace pour vous. Je ne parle pas ici de foulée aérienne ou terrienne nous sommes encore dans un autre débat !

Par contre de dire que la chaussure minimaliste fait courir très vite la preuve que non ! C ‘est une question de technique. La marque à la virgule l’a prouvé. Mais toutes les marques n’ont pas le même budget dédié à la recherche…

SOPHIE DUARTE.

Par Sophie DUARTE Non classé 0 commentaires

0 commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *